Les soins bucco-dentaires
Ils correspondent aux principaux actes pratiqués, au quotidien, par les chirurgiens-dentistes pour réparer, entretenir les dents et les gencives.

Ils sont composés principalement de :

  • la consultation
  • des soins conservateurs
  • de la chirurgie buccale (extractions)
  • des soins du parodonte (gencive, os, ligament)
  • des actes et soins de prévention
  • des prothèses dentaires
  • l'orthodontie.
Bienvenue

Welcome

You don't speak french, don't worry we speak english.



In case of emergency, please call :
En cas d'urgence contacter SOS dentaire 87 boulevard du Port Royal paris 13ème au 01 43 36 36 00

Recherche

par mot-clés

Cabinet Dentaire
Drs Florence et Emmanuel COHEN

Dr. Emmanuel COHEN, Certificat d'Etudes Spécialisées de Biologie Buccale. Diplômé du collège Français d'Implantologie. Diplôme Universitaire de Dermatologie Buccale. Diplôme Universitaire d'Odontologie légale et d'expertise dentisterie esthétique

Dr. Florence COHEN, parodontologie ( soins des gencives) éclaircissement dentaire orthodontie technique d'alignement transparent ( Invisalign)

21 boulevard Montmartre
75002 paris
Tél. : 01 42 96 08 27

Comblement de sinus ou "sinus lift"
 Le comblement de sinus pré-implantaire.

 

La pose d’implants en remplacement des dents perdues fait aujourd’hui partie intégrante des thérapeutiques odontologiques quotidiennes. Simple à mettre en œuvre dans un contexte osseux favorable, elle semble compromise dès lors que le volume osseux résiduel est faible. De nombreuses techniques de reconstruction osseuse pré-implantaire ont été développées pour autoriser l’implantation de zones fortement résorbées. Dans le cas du maxillaire postérieur, cette résorption est associée au développement du sinus, dénommé « pneumatisation », phénomène associant faible densité osseuse et faible résistance de cet os à une pression atmosphérique certaine.

Dès lors, la reconstitution d’un volume osseux destiné à recevoir le ou les futurs implants nécessite le comblement de la partie inférieure du sinus. Cette intervention, développée depuis le début des années est aujourd’hui pratiquée régulièrement. Les multiples études publiées montrent des résultats fiables et durables, attestant de la validité de la technique. 

 

 

 

 

Deux éléments sont à déterminer. D’une part, l’absence de pathologie rhino-sinusienne et d’autre part, la hauteur résiduelle du plancher sinusien.

Le questionnaire de santé permet d’identifier les patients sujets à des pathologies sinusiennes récurrentes ou en cours de traitement. La perméabilité de l’ostium du sinus doit être avérée. En cas de doute, la consultation préalable auprès d’un médecin ORL est indispensable afin de confirmer la faisabilité du traitement.  L’épaisseur du plancher sinusien résiduel précisée, la possibilité de poser le ou les implants, simultanément à la réalisation du comblement, sera indiquée au patient(14). En effet, à partir de 3 mm d’épaisseur, le blocage primaire de l’implant peut être obtenu, à la condition que la densité du plancher résiduel soit suffisante.

La prémédication type consiste en une antibiothérapie per os de 10 jours, débutée 24 heures avant la date choisie. A cela, on ajoute une corticothérapie per os, également initiée la veille, et poursuivie 4 jours, à la posologie d’un mg / kg. Enfin, un antalgique de type paracétamol 1 gr y est associé.

Il est important de programmer le rendez-vous à distance raisonnable des réunions familiales ou professionnelles, en raison des risques, certes limités mais jamais nuls, de survenue d’œdèmes, voire d’hématomes disgracieux pouvant persister 5-6 jours. Enfin, il sera déconseillé de mettre le sinus en surpression pendant 1 mois, particulièrement dans le cadre de la pratique de la plongée sous-marine.

 

En 2010, l’os autogène n’est plus le seul matériau de référence. Il n’y a plus de raison d’opérer un prélèvement osseux intra ou extra oral pour effectuer un comblement de sinus. La multitude de produits disponibles est telle qu’il paraît difficile de s’y retrouver. Nous avons fait un choix de bon sens en privilégiant une famille de matériau d’origine synthétique, et non animale ou humaine, offrant un recul clinique de plusieurs années et présenté sous une forme pratique de seringue prête à l’emploi et non de matériau livré en vrac dans un flacon.